Jacqueline PEKER

En décembre 1964, je soutiens ma thèse de Docteur Vétérinaire devant la Faculté de Médecine de Paris.

Janvier 1967 – Je fais désormais partie du personnel des Laboratoires Biotrol aux côtés de Madame Simonet-Haibe, le PDG. J’occupe des postes techniques, commerciaux, administratifs…Je voyage, j’organise, je construis, je gagne beaucoup d’argent…je reprends des études et ainsi j’obtiens un diplôme d’ingénieur Arts et Métiers, des diplômes de marketing, de publicité…j’oublie de vivre…Aussi, quand Jean Tétau me propose de réintégrer le monde de l’Homéopathie, je n’hésite pas un seul instant. Son décès, en 1972, désorganise les Laboratoires Dolisos dans lesquels je ne trouve plus ma place.

Après des semaines d’hésitation je décide de m’installer, à Paris…qui applaudit l’arrivée d’un Vétérinaire Homéopathe. Nous sommes le 20 mars 1973…il est 9h. du matin. Ce cabinet, j’y travaillerais jusqu’au 30 juin 2001…le lendemain j’aurais 65 ans ! « Un petit chez soi…vaut mieux qu’un grand chez les autres. »
L’Homéopathie accompagne ces 28 années. Je fais des émissions de radio, je deviens le vétérinaire spécialiste des Médecines Naturelles de Trente Millions d’Amis. Je donne des cours en France et un peu partout dans le monde.

Jacqueline PEKER

En 1992, je suis lauréate de l’Académie Vétérinaire de France pour mon livre qui regroupe tous mes cours sur la médecine homéopathique.

En 1996, je suis élue Présidente de la Société Française d’Homéopathie. C’est un grand moment. Cette société a été créée en 1889 et n’avait jamais été confiée à une femme…et vétérinaire de surcroît !

1er juillet 1986…j’ai 50 ans et je signe mon premier livre : « Dictionnaire des Médecines Douces pour Chiens et Chats » côte à côte avec Luce Bonnefous, mon co-auteur et amie. Plus de 500 personnes viennent partager nos petits fours et nous signons plus de 250 ouvrages.
Il y en aura d’autres…et j’espère bien ne pas en rester là…

Le 30 juin 2001, à 18 heures, je ferme définitivement ma clinique

En février 2005, j’accepte la présidence de l’Association pour la Médecine Homéopathique (APMH). Je veux réaliser de grandes choses, remuer des patients et des médecins inertes. J’organise la première journée nationale de l’Homéopathie, le 17 mars 2007 et malgré l’aide d’Isabelle Rossi, de Nathalie d’Amico et des laboratoires…c’est l’échec ! Je démissionne et je deviens donc Présidente d’Honneur.

Le 13 octobre 2005, en présence de mes amis les plus proches, Madeleine Chapsal me remet la médaille de Chevalier de l’Ordre National du Mérite.

Mon amie Nathalie d’ Amico, une attachée de presse qui s’agite dès que l’on parle de Médecines Naturelles, n’accepte pas que je puisse vouloir baisser les bras. Alors je reste fidèle à la Société Française d’Homéopathie, au Syndicat National des Médecins homéopathes, à l’Institut Scientifique d’Albert-Claude Quemoun, à mon Institut brésilien qui devrait profiter de la venue d’une nouvelle présidente qu’on dit passionnée par les Médecines Naturelles.

En 2009, pour répondre à la demande de Fabienne Maillefer, j’ai fait des séminaires grand public, en Suisse, près de Lausanne ce qui m’a permis de retrouver Marie-Noëlle Issautier.
J’ai remis en forme – grâce au talent de Ghislaine Bines –  40 ans de cours, de conférences, d’articles de toute sorte. Tous ces dossiers sommeillent dans mon ordinateur. Je voudrais en faire un CD…Qui me trouvera un éditeur ?

L’Homéopathie ne peut vivre que grâce à nos projets…aussi ai-je mis en route, avec Boiron, un ouvrage devant célébrer les grands homéopathes du 20ème siècle.

Mon maître, Léon Vannier, disait que l’Homéopathie conserve le corps et l’esprit…!

 

http://www.jacquelinepeker.com/lhomeopathie.htm

Partager